Maire de Trouville-sur-Mer,

Vendredi 12 janvier 2018

Chers Amis,

Je constate avec plaisir que cette nouvelle année commence dans une période de bonne situation économique globale de notre ville :

  • chaque mois, le président de la Communauté de communes donne au Conseil communautaire la liste des bâtiments d’une certaine importance vendus sans que la commune concernée ne les fasse préempter et chaque mois je constate que Trouville enregistre 40 % des transactions immobilières du territoire communautaire, alors que notre population est loin de représenter 40 % de la population de la 4CF, ce qui montre l’attrait de notre ville ; accessoirement, ces transactions accroissent le rendement des droits de mutation que la ville perçoit, qui ont représenté un million deux cent mille euros en 2017 ;
  • le chiffre d’affaires du casino de Trouville a enfin recommencé à progresser et la rénovation de son restaurant entraîne une augmentation de sa clientèle ;
  • les Cures marines se plaignent de manquer d’espace pour leur thalassothérapie et le succès de leur restaurant bénéficiant d’une étoile du guide Michelin est tel qu’ils transforment déjà leur salle ;
  • l’espace de coworking aménagé dans l’ancien hôpital est une grande réussite et montre que notre ville est de plus en plus fréquentée par des résidents secondaires qui cherchent à y travailler et à y vivre la plus grande partie possible de la semaine ;
  • l’entreprise performante Advise Data qui s’installe dans l’ancienne école Guillaume va y regrouper le personnel qui était déjà à Trouville et son personnel de la région parisienne (soit 40 personnes à terme) et continuer à se développer à Trouville et à recruter.

La situation financière de la ville est également excellente, non grâce aux dotations de l’Etat, qui ont continué à diminuer en 2017 (de 183 433 €), mais à un effort très important de contrôle des dépenses, pour qu’elles respectent strictement les crédits budgétaires votés, effort complété par quelques ventes d’immeubles (notamment, les anciennes écoles Andersen et Guillaume et l’ancien bâtiment des phares et balises) qui augmentent nos crédits d’équipement.

L’excédent du compte administratif de 2017 s’élève à près de quatre millions d’euros, chiffre non définitif en cours de validation par la trésorerie municipale. Je remercie vivement tous mes adjoints et les services de la ville pilotés par Olivier Linot pour la rigueur avec laquelle ils ont exécuté le budget 2017.

La politique que nous menons passe notamment par le non recrutement de nouveaux agents municipaux en cas de départ en retraite ou de mutation vers d’autres communes : cette pratique se traduit par des promotions d’agents déjà en place qui assument les fonctions de ceux qui partent. Elle diminue évidemment nos dépenses. Elle a deux conséquences sur le plan humain : une amélioration des possibilités de promotion et de diversification de leur carrière pour les agents en place, ce qui est positif, et une charge de travail accrue, pour tous, qui implique une gestion très attentive de chaque situation individuelle.

Notre ville a continué en 2017 à préparer l’avenir grâce en particulier à sa politique d’urbanisme et à sa politique de services à la population. Ces efforts vont être développés en 2018.

La politique d’urbanisme

Pour compléter l’aménagement du quartier d’Hennequeville, nous avons choisi deux concessionnaires, l’un pour réaliser la Zone d’aménagement concertée (ZAC) des Bruzettes, où seront construits progressivement environ 300 logements en une dizaine d’années, en respectant la mixité sociale et en préservant le caractère rural du site et ses « haies bocagères », l’autre pour aménager une nouvelle zone d’activité communale et installer une vingtaine d’entreprises candidates.

La Communauté de communes prépare de son côté la réalisation d’une grande zone d’activités communautaire, qui sera l’occasion d’améliorer la desserte routière d’Hennequeville.

L’école Jeanne d’Arc va s’installer à Hennequeville, ce qui implique une multiplication des places de stationnement, une diversification des horaires de cette école par rapport à ceux du lycée et collège privé et une adaptation de règles de circulation et de stationnement.

Pour loger des jeunes ménages dans les autres quartiers, plusieurs projets sont en cours de réalisation :

  • à la place de l’école Andersen, la société INTERCONSTRUCTION réalise 67 logements, en mixant plusieurs types de formules (logements sociaux, programmes de type PERL comme celui de la rue Berthier, logements « participatifs » définis avec leurs futurs propriétaires, programmes classiques), de façon à privilégier les personnes habitant Trouville à l’année et y scolarisant leurs enfants et à organiser la mixité sociale ;
  • les organismes HLM ont livré 26 logements de grande qualité rue d’Aguesseau ; ils modernisent les immeubles de la rue Eugène Boudin, réorganisent, mettent aux normes et bâtissent 72 nouveaux logements sociaux rues Saint-Jean et Maurice Lecroisey et vont construire 42 logements à la Vallée d’Auge et compléter la Cité Jardin de la Croix Sonnet, notamment en y créant une résidence pour les saisonniers, très attendue des restaurateurs et hôteliers locaux ;
  • nous réfléchissons également au meilleur aménagement possible de deux sites : la partie basse de l’ancien hôpital (la résidence senior service qui occupe la partie haute étant en voie d’achèvement), à proximité de la chapelle Saint-Jean, qui doit être mise en valeur et dont les abords doivent devenir un lieu de promenade ; et les environs du CNTH, où existent des terrains municipaux constructibles.

Nous avons par ailleurs progressé dans deux domaines importants :

  • la mise au point de l’Aire de mise en valeur du patrimoine (AVAP), qui vient d’être approuvée par le Préfet et adoptée par le Conseil municipal, à l’issue d’une période de concertation exemplaire ;
  • la préparation du règlement et de la carte du Plan de prévention des risques de mouvements de terrain (PPRmt) ; cette dernière procédure est régalienne, c’est-à-dire menée par l’Etat sous sa seule responsabilité mais en consultant pour avis les communes ; pour limiter l’extension de la zone rouge, la municipalité a nommé un expert judiciaire qui a examiné les propositions de la DDTM et proposé et obtenu une série de modifications qui tiennent compte des travaux réalisés par la ville pour consolider les terrains et des situations particulières de certaines parcelles ; la procédure n’est pas terminée et notre expert obtiendra d’autres rectifications : je remercie les particuliers réunis en « Collectif » qui nous ont aidés dans ce dossier.

La politique de services à la population

Dans le domaine scolaire, nous créons à l’école René Coty une salle de motricité et d’espaces polyvalents qui permettra l’organisation des cours d’éducation physique dans de meilleures conditions et servira en outre de salle de réunion et de petite salle de spectacle, disposant d’une entrée indépendante de celle de l’école.

Nous venons de décider d’aménager les rythmes scolaires, en passant à la semaine de quatre jours (les lundis, mardis, jeudis et vendredis), comme le souhaitaient les enseignants et les parents, tout en maintenant des activités périscolaires importantes les mercredis, pour éviter une rupture du rythme d’activité des enfants déconseillée par les spécialistes et pour favoriser l’ouverture d’esprit des élèves, en mettant à leur disposition de multiples activités culturelles et sportives avec l’aide des associations trouvillaises. Nous lancerons une réflexion complémentaire avec les enseignants, les parents d’élèves et les services de l’éducation nationale (s’ils se prêtent à l’exercice, ce qui n’est pas évident) pour voir si cet aménagement des horaires est optimal dans l’intérêt des enfants ou s’il doit être perfectionné.

Pour mieux connecter les Trouvillais et les services municipaux, nous mettons en place les trois applications suivantes :

  • « Allo Trouville sur Mer », qui permet aux habitants de signaler leurs problèmes de tous types (voirie, espaces verts, propreté, formalités etc.) par leurs smartphones ; le service compétent leur répondra rapidement ;
  • « Nous ensemble », qui permet aux associations d’informer sur leurs activités leurs membres et tous les Trouvillais qui le souhaitent ; 18 associations utilisent déjà cette application ;
  • bientôt « Localeo » rendra les mêmes services qu’ « Allo Trouville » à partir de n’importe quel support (téléphone fixe ou mobile, ordinateur).

Pour permettre le développement de la vie associative, malgré la vente de l’ancienne école Guillaume, nous avons relogé chaque association dans un local différent (par exemple, le musée, pour les Amis du musée, l’ancien Relais des assistantes maternelles pour l’Ensemble vocal, la Maison des jeunes - que je remercie de son ouverture d’esprit- pour certaines activités de l’ARA) et nous avons racheté dans de très bonnes conditions l’ancien bâtiment de la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM), le long de la Touques, qui nous permettra de disposer de nouvelles salles dans quelques mois.

Nous venons enfin de reprendre la responsabilité directe de la résidence pour personnes âgées de La Roseraie, qui est maintenant gérée par le CCAS. Cette formule permet une prise en compte plus rapide des souhaits des résidents et évite des frais de gestion extérieure. Les conditions de location et les services rendus sont les mêmes pour les résidents.

Pour terminer mon propos, j’ajoute que je souhaite que le personnel municipal soit d’abord et avant tout au service des citoyens. Vous venez de voir l’efficacité des agents de la ville pendant les tempêtes hivernales, où ils étaient présents jour et nuit pour porter assistance aux habitants en difficulté et réparer les dégâts. Cet exemple est significatif de leur état d’esprit. Il correspond à la manière de servir que nous privilégions : le personnel a pour instruction d’aider les citoyens, de se mettre à leur place et de leur faciliter la vie.

Cette instruction vaut pour la police municipale, qui a une tâche certes répressive et protectrice des citoyens agressés, mais qui doit faire preuve de compréhension, notamment à l’égard des entreprises trouvillaises dont le travail quotidien est gêné par les difficultés de stationnement.

En échange, nous vous demandons de les respecter et de leur faciliter la tâche par votre civisme, notamment dans le domaine de la propreté des rues et du respect des règles relatives à l’enlèvement des ordures ménagères où beaucoup de progrès restent à accomplir, en particulier par les entreprises.

Je tiens à remercier chaleureusement tous les services municipaux et leur direction générale, le Conseil Municipal et mes adjoints, grâce à qui les nombreux projets de notre ville sont menés à bien.

Je remercie également les responsables des associations, des administrations et des entreprises implantées à Trouville, dont l’activité est fondamentale pour le développement de la station.

Je vous présente mes meilleurs vœux de santé, de prospérité et de bonheur pour 2018 !